Train your paws
Train your paws
Articles
Accident Nao

Dimanche 10 Novembre 2019

 

Lors d’une balade en forêt, Nao revient avec une belle plaie ouverte qui saigne beaucoup. Après une rapide inspection je vois rapidement que quelque chose est sectionné. Tendon ou ligament, je ne le sais pas encore…

J’appelle donc les urgences véto et on s’y rend le plus vite possible (un dimanche, une clinique de garde à la campagne, c’est 45min de route).

Une fois à la clinique, la vétérinaire décide de l’endormir pour fouiller la plaie correctement. On rentre à la maison sans lui, sa sortie est annoncée pour le lendemain 🙁

Deux heures après l’avoir déposé, la vétérinaire nous appelle. Les nouvelles ne sont pas bonnes, ce n’est effectivement pas superficiel, deux tendons fléchisseurs des doigts II et III sont sectionnés.
Elle recoud comme elle peut, mais nous informe clairement que l’intervention de spécialistes auraient été préférable. Simplement il fallait agir vite afin que les tendons ne rétrecissent pas…

A 22h, nouvel appel, le Warrior est réveillé et en forme, il peut rentrer plus tôt que prévu. On file donc le chercher !

A peine sortie de la clinique qu’il pète le feu ! Il a un gros pansement et une attelle lui maintien sont membre en position fléchie. Il s’adapte super vite à la marche tri pattes, et ne râle même pas pour la collerette ! (les murs, eux, souffrent).

Repos strict imposé, sorties uniquement pour les besoins. En plein mois de Novembre, autant dire qu’on a du ruser pour ne pas mouiller le pansement !

On prend du temps pour se reposer dans le jardin, il est impressionant par son calme… On aurait pas parier ça, mais il accepte très bien le repos, et c’est tant mieux.

Bon, ça pouvait pas être rose jusqu’au bout. On fait vérifier la plaie au bout de 48h comme préconisé par la vétérinaire qui l’a opéré, simplement on le fait dans une clinique plus proche de chez nous. On a du se battre pour que le pansement soit ouvert… Et j’ai été triste de constater que le vétérinaire n’était pas capable de m’aiguiller plus pour la rééducation à suivre. Malgré ça, la plaie est propre, et la cicatrice très jolie. On essaye cette fois de refaire un pansement avec deux attelles…

J+6 : le petit  diable à réussit à s’échapper et à courir (avec ses 4 pattes…) sur au moins 200m en étant plus rapide que son ombre. RDV véto pris dans la minute, j’exige (oui, j’ai du me battre !) d’ouvrir le pansement. Heureusement, tout va bien la dessous… Troisième pansement et cette fois, R.E.P.O.S.

22 Novembre

 

On retire les fils, tout a bien tenu, ça a bien cicatrisé, on est ravis. Dans la foulée, on part en weekend. Il est encore absolument au repos strict, et il le supporte a nouveau très bien… Comme quoi… Il en est capable ce petit monstre !

Suite à ça, aucune aide des vétos. On se débrouille seuls, pansements maison, reprise petit à petit des sorties plus longues (toujours en laisse) dans le jardin, stimulation des doigts… On négocie pas mal pour lui faire les soins, il a mal, c’est normal…

4 décembre : on arrête les pansements « souples », on commande une attelle Back On Track pour ses bienfaits. Il la portera un peu plus d’une semaine avant de blesser a cause des frottements. On fait gentiment la transition vers le fait de ne plus soutenir les tendons…

Pendant le début du mois, je constate qu’effectivement, un des deux tendons recousus n’a pas tenu.. Le doigt I n’a donc plus la possibilité de se fléchir.

1 mois post-opératoire

 

J’entame les soins ostéos. Avec les produits Aloe Forever, on espère aider la cicatrisation des tissus dans le bon sens et éviter au maximum les adhérences. On soigne les petites plaies de frottement aussi grace a ces produits.
On fait de plus en plus de détente musculaire parce que ses petits cuissots bossent beaucoup.

A partir du 16 Décembre, il reprend petit a petit les sorties sans laisse dans le jardin. Il a été exceptionnellement calme pour ses premières sortie, un vrai bonheur. Fin Décembre on reprend de petites balades en laisse.

Aujourd’hui, le tendon qui n’a pas tenu ne le dérange pas dans la vie de tous les jours. Bien évidement, il y a des impacts d’un point de vue ostéopathique. Des béquilles s’installent, on travaille sur le tissulaire et bien sur il est suivit en ostéo. Ça peut parfois le chatouiller, mais c’est léger, il gère très bien.

Pour terminer, il aura a nouveau fait preuve d’énormément de courage et de patience. On a gérer la rééducation seuls ; reprise de la marche progressive, soins, stimulation du pied, travail sur des cavalettis, augmentation de la durée de marche sur différents sols, reprise progressive d’un mode de vie habituel… C’est un suivit sur le long terme qu’il lui faut, mais lui, il vit tout ça très bien !